"Il y a" et vigilance éthique

Sebbah François-David
Langue de rédaction : Français
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

L’entente lévinassienne de la « vigilance » n’est pas du tout intuitive ; il pourra même sembler qu’elle s’oppose à ce que l’on entend le plus souvent par « vigilance », la vigilance comme « attention soutenue ». Pourtant, on peut faire l’hypothèse que ce que Levinas décrit ainsi est en fait fidèle à la « chose même », au phénomène de la « vigilance » révélé en son essence. La description lévinassienne de la vigilance n’est pas uniquement affaire de psychologie, elle est aussi affaire de gnoséologie et d’ontologie dès lors que la « vigilance » donne (accès à) ce que Levinas nomme l’il y a. Enfin, et ce n’est pas le moins important, nous verrons que Levinas, dans ses derniers textes, révèle que cette expérience fondamentale (la vigilance) est l’épreuve même de l’éthique.



Pour citer cet article :

Sebbah François-David (2016). "Il y a" et vigilance éthique. In Depraz Natalie (Eds), Phénoménologie de la vigilance et de l'attention. Philosophie, sciences et techniques. Intellectica, 66, (pp.57-66), DOI: n/a.