L’éthique du nudge : pour un usage responsable d’une approche comportementale au service des politiques publiques

Chammat Mariam
Giraud Stephan
Langue de rédaction : Français
DOI: n/a
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

L’efficacité des politiques publiques dépend en grande partie de leur capacité à faire évoluer les comportements des citoyens de façon à promouvoir l’intérêt collectif. Les enseignements des sciences comportementales représentent de ce fait une évidente opportunité, dont un grand nombre de décideurs se sont d’ailleurs déjà emparés de par le monde, avec l’ambition de construire une action publique qui soit à la fois plus légitime et plus efficace. Mais si le recours au levier comportemental peut permettre d’enrichir la gamme des interventions publiques, il transforme et questionne aussi la façon dont doivent s’exercer les missions de l’Etat. Elles touchent désormais très directement à la psychologie des individus et aux mécaniques intimes guidant leurs choix, ce qui fait surgir interrogations et craintes, allant de l’accusation de paternalisme excessif à la suspicion de pratiques manipulatoires. L’application des sciences comportementales aux politiques publiques, toute prometteuse qu’elle soit, nous enjoint donc inévitablement à une réflexion éthique. Cet article nous invite à parcourir les principaux enjeux de ce débat, avec une focale sur un concept ambivalent, celui de « nudge ». Il vise également à esquisser des pistes pour un cadrage opérationnel et responsable de l’usage du champ comportemental par la puissance publique. Celui-ci passe par une réflexion sur les notions de transparence et de préservation de l’autonomie de l’individu, mais aussi par la volonté de promouvoir des politiques publiques plus robustes intégrant les enseignements des sciences comportementales et la méthode scientifique associée.



Pour citer cet article :

Chammat Mariam, Giraud Stephan (2019/1). L’éthique du nudge : pour un usage responsable d’une approche comportementale au service des politiques publiques. In Khamassi Mehdi, Chatila Raja & Mille Alain (Eds), Éthique et sciences cognitives, Intellectica, 70, (pp.83-96), DOI: n/a.