La pratique des rituels : une lecture énactiviste des Formes Elémentaires de Durkheim.

McGraw John J.
Langue de rédaction : Anglais
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

La théorie des rituels a considérablement évolué depuis quelques décennies. Alors que les rituels étaient naguère abordés principalement en termes de symbolisme, on met actuellement l’accent sur la réalisation des rituels par des actions. Beaucoup de théoriciens considèrent que ce qui importe, c’est de mettre en action les rituels, plutôt que d’inférer les éventuelles subtilités théologiques qu’ils recèlent. Cependant, cette école de pensée ne doit pas être interprétée comme une manière de marginaliser la signification en tant que catégorie fondamentale, même si une réorientation majeure est requise : la signification provient principalement de l’énaction rituelle, plutôt que d’idées ou de croyances que l’on pourrait considérer comme encodées et exprimées dans le rituel. Cet article place l’action rituelle et l’énaction côté à côte, afin de parvenir à un ensemble de comparaisons productives entre ces deux cadres de pensée. Comme dans le paradigme de l’énaction, on suggère ici que le rituel est une manière importante de « faire advenir un monde ».



Pour citer cet article :

McGraw John J. (2015). La pratique des rituels : une lecture énactiviste des Formes Elémentaires de Durkheim. In Stewart John (Eds), Cognition et Société : l’inscription sociale de la cognition, Intellectica, 63, (pp.n/a), DOI: n/a.