Le cerveau comme virtuel incarné

Sarti Alessandro
Barbieri Davide
Langue de rédaction : Français
DOI: n/a
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

Dans ce travail nous souhaitons analyser l’évolution des modèles différentiels du cerveau qui sont sous-jacents à  toute activité de perception et de cognition. Les contraintes différentielles – la distribution des forces, des différences et des tensions – constituent le virtuel de la morphodynamique cognitive, s'actualisant dans la perception/cognition. Notre champ d'interêt concerne notamment l'évolution des modèles des profils récepteurs des cortex sensoriels primaires, à partir des premiers modèles géométriques, où ils apparaissent comme des opérateurs différentiels, en passant par les modèles basés sur les techniques d’apprentissage automatique, où ils se configurent comme des noyaux de convolution, jusqu’aux théories qui introduisent le conditionnement valoriel du sujet. Par la reconstruction de cette évolution du virtuel, nous chercherons à comprendre comment les modèles neuromathématiques glissent vers des processus de signification, qui ont lieu après l'incarnation du virtuel. Nous ouvrirons par la suite un débat épistémologique sur le rôle et les limites de la modélisation neuroscientifique des processus de signification.



Pour citer cet article :

Sarti Alessandro, Barbieri Davide (2018/1-2). Le cerveau comme virtuel incarné. In Monier C. & Sarti A. (Eds), Les Neurosciences au sein des sciences de la cognition entre neuroenthousiasme et neuroscepticisme, Intellectica, 69, (pp.347-367), DOI: n/a.