Le « mirroring » : une solution pour développer les capacités cognitives

Boucenna Sofiane
Andry Pierre
Gaussier Philippe
Langue de rédaction : Français
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

Dans ce travail, nous étudions la place du mirroring dans les premières étapes de l'apprentissage d'un système autonome. Nous proposons trois expériences qui illustrent comment l’imitation, la reconnaissance des expressions faciales et la référenciation sociale peuvent émerger d'une architecture robotique qui n'est pas capable de faire une différenciation entre soi et l'autre. Trois résultats sont discutés : (1) l’ambiguïté de la perception engendre l'émergence d'imitations gestuelles simples chez un système qui a appris auparavant à associer ses propres perceptions ; (2) la reconnaissance des expressions faciales émerge d'une architecture similaire quand l'humain fait partie du babillage et de la phase d'apprentissage (mirroring social) au travers d’un jeu imitatif ; puis par extension ; (3) le développement de la référenciation sociale incorporant la capacité de reconnaitre, comprendre, répondre et de réguler son comportement en réponse à l’expression émotionnelle du partenaire (double mirroring). Ce travail est basé sur deux mécanismes importants : (1) une architecture sensori-motrice basée sur des mécanismes d’associations permet de développer une perception comme étant un ensemble d’attracteurs dynamiques ; (2) le mécanisme de mirroring permet au robot d’associer ce qu’il fait avec ce qu’il voit. Nous montrerons dans la suite de cet article que ces deux hypothèses sont suffisantes pour construire une architecture sensori-motrice capable de développer des capacités cognitives de plus en plus complexes.