Les neurosciences au sein des sciences de la cognition. Une revue de la littérature plaidant pour un devenir spinoziste des neurosciences

Monier Cyril
Langue de rédaction : Français
DOI: n/a
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

Cette revue de la littérature a pour objet de présenter et discuter la place des neurosciences au sein des sciences de la cognition. Nous présentons les différents paradigmes au sein des sciences cognitives et la diversité des approches en neurosciences et analysons les différentes raisons de l’essor des neurosciences cognitives et de la neurobiologie, en particulier les évolutions techniques. Afin de clarifier le problème du réductionnisme et du déterminisme en neurosciences nous présentons en détail l’apport des sciences de la complexité et en particulier les phénomènes émergents dans les systèmes dynamiques. Les rapports entre les neurosciences et l’intelligence artificielle ainsi que les neurosciences et les sciences de l’esprit sont abordés ensuite plus en détail. Une attention particulière est portée sur les méthodes d’apprentissage profond qui nous apparaissent comme une avancée majeure. La dernière partie de cette revue est consacrée au tournant neuroscientifique au sein de la société et les implications et enjeux que celui-ci soulève. Nous passons en revue le neuroenthousiasme de certains et le neuroscepticisme et l’anti-naturalisme des autres, ce qui nous conduit à expliciter le programme naturaliste des neurosciences et les conséquences pour les notions de liberté et de responsabilité. Nous abordons ensuite le naturalisme social et les neurosciences sociales et présentons le courant spinoziste au sein des sciences sociales. Nous proposons un cadre naturaliste pour les neurosciences : déterministe mais où la contingence existe, émergentiste, c’est-à-dire non réductionniste et non holistique et ni matérialiste ni idéaliste. Nous proposons que le spinozisme est le devenir des neurosciences dans le sens où celui-ci permet de penser les conséquences des découvertes des neurosciences « en avance » si l’on peut dire et en particulier la notion de liberté. Nous espérons que cette vision du naturalisme puisse être à même de réconcilier les neurosciences avec les sciences humaines et sociales.



Pour citer cet article :

Monier Cyril (2018/1-2). Les neurosciences au sein des sciences de la cognition. Une revue de la littérature plaidant pour un devenir spinoziste des neurosciences. In Monier C. & Sarti A. (Eds), Les Neurosciences au sein des sciences de la cognition entre neuroenthousiasme et neuroscepticisme, Intellectica, 69, (pp.27-132), DOI: n/a.