Soumission libre

Perception de l’espace et du mouvement dans Study of a Dog (Étude de chien) de Francis Bacon

Kapoula Zoï
Lestocart Louis-José
Langue de rédaction : Français
DOI: n/a
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

CONNECTEZ-VOUS
pour télécharger gratuitement

Nous avons examiné les différences pouvant exister quant à la perception de l’espace et du mouvement pictural chez des sujets possédant divers niveaux de connaissance en art contemporain. L’étude s’est faite au Musée Maillol lors de l’exposition de peintures de Francis Bacon (Paris 2004). Dans cet article, nous li­vrons les données résultant de la peinture Study of a dog. L’œuvre montre deux plans orthogonaux - l’un en profondeur, l’autre vertical -, instillant l’idée d’une clôture de l’espace. Une telle structure se retrouve dans beaucoup de Natures mortes du XVII° siècle, qui dépeignent généralement une table avec des objets (tables servies) tandis que d’autres placent des objets contre un mur (bodegones). Les sujets ont exploré la peinture originale pendant 1 minute tandis que les mouvements de leurs yeux étaient enregistrés. Ensuite ils ont répondu à des questions basées sur une analyse esthétique de la toile. Les résultats du questionnaire sont : seulement la moitié des sujets ont perçu deux plans, mais les experts en art ont évoqué surtout la sensation de clôture ; une telle sensation étant absente chez les non-experts. Les mouvements des yeux suggèrent que les experts ont exploré une large surface de la peinture dont la clôture verticale, les lignes, les angles et d’autres points critiques de la construction spatiale. De là transparaît que les mouvements oculaires répondent plus à la sensation générale donnée par le tableau, qu’à une perception consciente des plans. Plus important, les experts ont remarqué le mouvement vif du chien et du cercle au centre de la peinture. De telles perceptions du mouvement n’apparaissent pas chez les non-experts. Les résultats suggèrent que la sensation et/ou perception de l’espace pictural et du mouvement par les experts, se rapproche du processus de création, ou de l’idée qu’ils ont du processus de création. L’apprentissage esthétique, dont ils sont familiers, rend les experts meilleurs analystes des informations picturales, les mouvements des yeux étant rapidement guidés par les informations visuelles et d’autres points techniques utilisés par le peintre pour créer de l’espace et du mouvement.



Pour citer cet article :

Kapoula Zoï, Lestocart Louis-José (2006/2). Perception de l’espace et du mouvement dans Study of a Dog (Étude de chien) de Francis Bacon. In Gapenne Olivier & Boullier Dominique (Eds), Systèmes d'aide: Enjeux pour les technologies cognitives, Intellectica, 44, (pp.213-224), DOI: n/a.