Appréhender les capacités cognitives passées : est-ce possible ?

Wadley Lyn
Langue de rédaction : Anglais
DOI: n/a
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

De nombreux archéologues considèrent que le comportement symbolique est un marqueur satisfaisant des capacités cognitives de l’homme moderne, mais les objets considérés comme relevant du symbolique sont rares dans les assemblages archéologiques et leur interprétation est souvent sujette à caution. Les attributs cognitifs que les psychologues emploient, tels que la capacité à passer d’une tâche à l’autre, le raisonnement analogique, l’inhibition de la réponse et le multitâche paraissent plus appropriés à étudier car ils sont omniprésents dans les activités du quotidien et largement représentés dans les vestiges du passé. Ainsi, les données relatives aux techniques utilisées dans la vie quotidienne sont abondantes en archéologie et peuvent être utilisées pour interpréter la cognition passée. Les témoins de la culture matérielle peuvent délivrer des informations sur les aptitudes  cognitives de leur auteur du fait que certaines actions ne peuvent être réalisées sans certaines d’entre elles.

La reconnaissance théorique de la complexité cognitive inclue la mise en évidence des processus techniques qui ne peuvent être réalisés sans les  attributs de la cognition complexe telles que le multitâche ou le raisonnement analogique. Les théories liant données archéologiques et interprétation  des capacités cognitives sont essentielles à la méthodologie. Cette dernière bénéficie également de l’application des méthodes scientifiques et des  données obtenues par l’expérimentation qui permettent de tester différentes hypothèses.
 



Pour citer cet article :

Wadley Lyn (2020/2). Appréhender les capacités cognitives passées : est-ce possible ? In A. de Beaune Sophie (Eds), Émergence et évolution de la cognition humaine, Intellectica, 73, (pp.133-158), DOI: n/a.