Émergence et évolution de la cognition humaine. Apports et limites des approches actuelles. Introduction au volume

de Beaune Sophie
Langue de rédaction : Français
DOI: n/a
Product variations: 

Numérique(PDF)

Papier

Les contributions rassemblées ici visent à faire le point sur les moyens dont on dispose aujourd’hui pour appréhender l’origine et l’évolution de la cognition humaine. Mieux saisir les fondements de ce qui fait notre dispositif cognitif passe par la compréhension de la manière dont il s’est mis en place. Plusieurs voies sont possibles pour aborder la question des aptitudes cognitives des premiers homininés et des anciens Homo sapiens.

La première est d’interroger les vestiges archéologiques pour tenter de reconstituer les opérations techniques dont ils sont le produit et l’usage auquel ils étaient destinés. On peut ainsi faire des hypothèses sur les aptitudes de ceux qui les ont fabriqués et utilisés : leur capacité à planifier, à faire preuve de flexibilité dans la résolution des problèmes, à développer une pensée abstraite, etc.

Les fossiles eux-mêmes et en particulier les calottes crâniennes peuvent par ailleurs apporter d’utiles informations sur la forme, le volume et la surface du cerveau grâce à des techniques de numérisation et de reconstitution en 3D de l’endocrâne. Une deuxième étape possible consiste à identifier expérimentalement les aires cérébrales sollicitées pendant une activité donnée puis à tenter de repérer des aires homologues sur l’endocrâne de fossiles d’homininés. À la faveur de la présentation de toutes ces approches, différentes questions sont abordées dans ce volume, telles que l’apparition du langage articulé et celle de la fabrication d’outils.

Les recherches concernant l’évolution ontogénétique (c’est-à-dire de la naissance à l’âge adulte) de la cognition sont aussi évoquées dans ce volume, tant chez les Homo sapiens actuels que chez les anciens homininés. Pour les premiers, on s’appuie sur les approches expérimentales, aujourd’hui complétées par des techniques d’imagerie cérébrale et l’électroencéphalographie, voire par la robotique développementale. Pour les seconds, les techniques de numérisation et de reconstitution en 3D de l’endocrâne sont susceptibles, à partir de l’examen de spécimens immatures, d’apporter des informations sur leur croissance et l’évolution de leurs aptitudes cognitives au cours de leur développement.

Les données fournies par la cognition animale peuvent également être d’un grand secours tant pour l’étude du développement ontogénétique de l’homme que celle de son évolution phylogénétique. Ces recherches invitent à chercher les continuités et les ruptures entre l’animal et l’homme tant au niveau de leurs comportements et de leurs aptitudes manuelles que de leurs facultés mentales.
 



Pour citer cet article :

de Beaune Sophie (2020/2). Émergence et évolution de la cognition humaine. Apports et limites des approches actuelles. Introduction au volume. In A. de Beaune Sophie (Eds), Émergence et évolution de la cognition humaine, Intellectica, 73, (pp.7-26), DOI: n/a.